Blonde par Joyce Carol OATES (2000)

4ème de couverture : « Alors, en début de soirée, ce 3 août 1962, vint la Mort, index sur la sonnette du 12305 Fifth Helena Drive. La Mort qui essuyait la sueur de son front avec sa casquette de base-ball. La Mort qui mastiquait vite, impatiente, un chewing-gum. Pas un bruit à l’intérieur. La Mort ne peut pas le laisser sur le pas de la porte, ce foutu paquet, il lui faut une signature. Elle n’entend que les vibrations ronronnantes de l’air conditionné. Ou bien… est-ce qu’elle entend une radio là ? La maison est de type espagnol, c’est une hacienda de plain-pied ; murs en fausses briques, toiture en tuiles orange luisantes, fenêtres aux stores tirés. On la croirait presque recouverte d’une poussière grise. Compacte et miniature comme une maison de poupée, rien de grandiose pour Brentwood. La Mort sonna à deux reprises, appuya fort la seconde. Cette fois, on ouvrit la porte.

De la main de la Mort, j’acceptai ce cadeau. Je savais ce que c’était, je crois. Et de la part de qui c’était. En voyant le nom et l’adresse, j’ai ri et j’ai signé sans hésiter. »

Attention Coup de cœur !

Moi qui ne suis pas d’un tempérament groupie et qui jusqu’à ce roman, ne savais de Marilyn Monroe que l’essentiel (à savoir que c’était une starlette devenue star, qu’elle avait éventuellement couché avec JFK et qu’elle ne s’était peut-être pas suicidée…), j’ai été totalement envoûtée par ce roman. Pendant les 10 jours où il m’a accompagnée (976 pages tout de même), j’ai vécu avec Norma Jeane Baker. Il m’est même arrivé de m’endormir en pensant à elle.

Au tout début du livre, il est précisé : « Blonde est une œuvre de fiction. Si la plupart des personnages de ce livre présentent quelques ressemblances avec les proches et les contemporains de Marilyn, leur description et les évènements rapportés sont entièrement le fruit de l’imagination de l’auteur. Il faut donc lire Blonde comme un roman et non comme une biographie de Marilyn Monroe. ».

Et c’est bien ainsi que je l’ai pris, comme un roman, brodé autour et à partir de faits réels et avérés, et extrêmement bien servi par la plume talentueuse de Joyce Carol Oates que j’admire de plus en plus.

D’ailleurs, cette dernière ne nomme que très rarement les personnages secondaires de son roman. Du moins, à partir du moment où ils présentent une importance dans la vie de Norma Jeane, ils sont désignés par leur qualité première : Norma Jeane est la plupart du temps « l’Actrice blonde », et traversent sa vie « le Dramaturge », « l’Ex-Sportif » ou encore « le Président »… Tout cela contribue à une ambiance un peu vaporeuse, comme dans un rêve de cinéma.

Norma Jeane, telle qu’elle nous est présentée ici, est terriblement attachante, à la fois fragile et déterminée, cantonnée à des rôles de poupée blonde mais nourrissant des ambitions de théâtre et écrivant des poèmes.

Marilyn Monroe n’est pas seulement le nom de scène de Norma Jeane Baker, c’est aussi et surtout le personnage créé par Le Studio et dont raffole le public. « Marilyn Monroe était un robot créé par le Studio. Fichtrement dommage qu’on n’ait pas pu le breveter. »

Et ce personnage, ajouté à une évidente fragilité psychologique dès le début de sa vie, finira par la tuer.

« Je connaitrais mon existence et la valeur de cette existence par les yeux des autres »

« L’actrice Blonde » ne joue pas ses rôles, elle les incarne. « Car jouer, c’est résoudre une succession d’énigmes dont aucune ne peut élucider les autres. Car l’acteur est une succession de moi maintenus ensemble par la promesse que sur scène toute perte peut être réparée. » Et une fois ancrés en elle, ces différents personnages prennent le pas sur sa véritable personnalité.

Norma Jeane souffrira toute sa vie de ne pas être reconnue pour ce qu’elle était vraiment mais que seule « la bombe sexuelle Marilyn » soit connue. « Souvent l’étrange sens de l’humour de Norma Jeane étonnait les hommes, ils ne s’y attendaient pas de la part de « Marilyn » , une adorable idiote ayant l’intelligence d’une enfant de onze ans moyennement précoce. C’était en effet un sens de l’humour ressemblant au leur. Caustique et dissonant, comme de mordre dans un chou à la crème et d’y découvrir du verre pilé. »

On se sent forcément en empathie avec cette femme malheureuse, qui n’a jamais trouvé sa place ni dans le domaine professionnel à cause de son image de blonde écervelée -qui lui a valu ses premiers succès mais dont elle n’a jamais pu se défaire- ni dans le domaine amoureux car les hommes ne voient pas la vraie Norma Jeane. De plus, ayant grandi à l’orphelinat puis en famille d’accueil, elle n’a pas de famille proche ou d’amis la connaissant bien et auprès desquels elles pourrait chercher du soutien. Elle est définitivement seule et perdue malgré sa gloire et sa notoriété.

J’ai adoré découvrir cette femme charismatique accompagnée de la plume de Joyce Carol Oates et si vous n’avez pas peur des pavés, je vous recommande chaudement ce roman.

« Cette femme sur l’affiche n’est pas moi. Mais elle est ce que j’ai créé. Je mérite mon bonheur. »

Publicités