Cantique de la racaille Opus 2 par Vincent RAVALEC (2010)

me de couverture : Quinze ans après, Gaston sort de prison.

Comment un petit voyou qui se rêvait chef d’entreprise peut-il devenir paparazzo, médium et agent secret, avant de plonger dans les annales du monde et d’être sauvé par les charmes de l’amour ?

Un grand merci à Lætitia des éditions Hachette qui m’a fait parvenir ce livre.

Je n’ai pas lu Cantique de la racaille et pourtant j’avais très envie de découvrir la suite. Le récit débute à la sortie de prison de Gaston, 15 ans après qu’il a tué un homme qui avait fait du mal à sa fiancée, et se décompose en 3 parties. La première partie raconte les premiers jours de liberté de Gaston, ses premiers « coups », sa découverte des technologies ayant émergé depuis 15 ans : Internet, les smartphones, les réseaux sociaux.

J’ai beaucoup apprécié la lecture de cette entrée en matière, le personnage de Gaston un peu déconnecté, les allusions aux séries télévisées, seules références pour quelqu’un qui a passé 15 ans enfermé, isolé du monde extérieur. Le rythme est rapide, entrainant, les phrases courtes, simples, concises ; pas de lourdeur, ni de longueurs.

Cependant, le plaisir de la rencontre ne s’est pas prolongé lors des 2ème et 3ème parties. Le scenario part sur un chemin plutôt étrange et je n’ai pas adhéré à la progression des évènements. L’hypnose, des sociétés secrètes, de la manipulation mentale, tout cela m’a paru inutilement compliqué et inextricable.

De plus, Gaston a commencé à m’agacer avec sa manie de coller des sigles dans toutes les phrases, de ne penser qu’à avoir des AS (comprendre Activité ou Action Sexuelle, je ne me souviens plus exactement) avec toutes les filles qu’il croise.

Cela dit, je ne suis pas contre l’idée de découvrir Cantique de la racaille. Le début de celui-ci m’a plu mais la fin était un peu trop « barrée » à mon goût.