Le bal des débris par Thierry JONQUET (1998)

4ème de couverture : Tout a changé dans la vie de Frédo, qui pousse des chariots dans un hôpital pour vieux, le jour où Alphonse Lepointre, plombier-zingueur dans le civil mais resté truand dans l’âme, a été admis aux urgences. Ensemble, ils décident de monter le coup de leur vie: c’est le soir du bal, le bal des débris, qu’ils vont soulager de ses diamants une riche pensionnaire, par ailleurs bien gardée…
Rebondissements, panique, prise d’otages: Jonquet met en scène une époustouflante course-poursuite au terme de laquelle les diamants sortiront bien de l’hôpital. Mais dans quelles conditions! Et pourquoi ?


A l’occasion d’une lecture commune avec Canel, Calypso et Val, j’ai enfin découvert la verve de Thierry JONQUET avec Le bal des débris.

Avec Frédo, notre narrateur, on rentre dans le vif du sujet : « Mon boulot, c’est de pousser des chariots. Depuis quatre ans que je travaille à l’hosto, j’ai dû faire des centaines de kilomètres avec mes chariots. Je suis un expert en chariots, de beaux chariots avec deux grosses roues à l’arrière et deux petites à l’avant. Dossier en skaï, frein à manette. C’est pas drôle de pousser des chariots, huit heures par jour. Des chariots vers le labo, des chariots vers la radio, des chariots vers les goguenots ! »

Il travaille donc dans un hôpital pour « vieux » et entre ses chariots la journée et sa femme syndicaliste à la maison le soir, sa vie n’est franchement pas folichonne. Jusqu’au jour où il rencontre « son » Lepointre, un patient un peu truand sur les bords. Ensemble, ils vont monter un coup afin de dérober les bijoux d’une vieille femme hospitalisée pour, je vous le donne en mille, fracture du col du fémur.Et cette opération se déroulera lors d’un bal costumé donné pour les résidents de l’hôpital, le fameux bal des débris.

Mais bien sur, tout ne se passe pas comme prévu….

D’un ton moqueur et jouissif, Thierry JONQUET nous dépeint des personnages pittoresques et hauts en couleur. La plume est enlevée, le propos incisif et c’est avec plaisir que j’ai suivi les multiples péripéties de Frédo, devenu gangster à la faveur d’une rencontre, un peu par hasard.

J’ai aimé cette peinture vivante, drôle, souvent cruelle, cette représentation sans complaisance d’un mouroir où les personnes âgées sont amenées « pour y crever », « la salle d’attente du cimetière ».

« Au beau milieu de ce cloaque, la présence du trésor me torturait. On ne pouvait faire mieux dans l’indécence.
Jamais comme ce jour-là, je n’ai autant haï l’hosto, jamais autant je n’ai vomi son odeur. […] L’odeur de l’hosto. Pas de l’hôpital, de l’hosto. De l’hosto à vieux. De la décharge à vieux. »

Heureusement, on sent parfois une vraie tendresse de Frédo envers ses « vieux » et cela compense légèrement le cynisme du propos.

« Tu danses lentement, en marchant seule dans cet immense couloir dont les portes s’ouvrent sur la mort. Tu tournes sur toi-même avec élégance, en faisant virevolter les manches amples de ta veste de Pierrot. Et de tes yeux coulent des larmes.
Dans ce couloir sinistre, tu t’éloignes de moi qui me cache contre le mur. Tu ne m’as pas vu, tu t’en vas comme un fantôme. Tu as disparu et je n’entends plus ta voix, Mme Clara. »

Cette lecture rentre aussi dans le cadre du Challenge 2 euros organisé par Cynthia. Cliquez sur le logo !

Publicités

32 commentaires sur “Le bal des débris par Thierry JONQUET (1998)

  1. Contente que ce livre t’ait plu et donné envie de continuer à découvrir Jonquet. Tu ne peux qu’aimer les autres, meilleurs (ou « encore meilleurs » pour toi qui as aimé celui-ci 😉 !)…
    Merci pour cette LC ! 🙂

  2. Bonsoir, je me suis « régalée » à la lecture des (més)aventures de fredo. C’est drôle et bien mené. Je conseille (voir mon billet du 17/08/10). Bonne soirée.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s