La délicatesse par David FOENKINOS (2009)

4ème de couverture : Il passait par là, elle l’avait embrassé sans réfléchir. Maintenant, elle se demande si elle a bien fait. C’est l’histoire d’une femme qui va être surprise par un homme. Réellement surprise.

Attrapé au hasard sur le présentoir de la bibliothèque municipale alors que je venais juste rendre des livres et que je m’étais promis de ne rien prendre (d’ailleurs, maintenant, ça ne risque plus de m’arriver, j’ai perdu ma carte de bibliothèque, mais où est-elle passée ?!? Grrr), entamé alors que je m’étais résigné à ne pas le lire et que j’allais justement le rendre (j’ai reporté ma visite tellement j’ai été séduite par les premières pages), j’ai failli passer à côté de ce qui a été un véritable enchantement.

Ma découverte de cet auteur dont j’ai beaucoup entendu parler sur la blogosphère s’est faite sans heurts, tout en délicatesse (excusez le jeu de mots, trop facile mais pas fait exprès).

J’ai rencontré des personnages fins, beaux dans leur simplicité, j’ai découvert une intrigue originale et poétique et surtout j’ai été frappée par le style de David FOENKINOS. Cette manière d’émailler son récit de détails a priori insignifiants mais qui ont toujours un rapport avec le texte, ces petits riens qui font une existence, d’éparpiller des notes en fin de page saugrenues et ravissantes à la fois, m’a irrémédiablement conquise.

Publicités

40 commentaires sur “La délicatesse par David FOENKINOS (2009)

    1. Tu as lesquels ? Je cherche maintenant d’autres titres à lire de l’auteur et à part Le potentiel érotique de ma femme, rien ne me vient à l’idée…

  1. J’avais lu une pièce de théâtre de cet auteur, plutôt sympathique – je choisirai peut-être ceuli-là côté roman plus tard (moi depuis les bib’, je m’étais promis de ne plus faire d’achat sur Amazon, et là, hier, pof, grosse commande…)

    1. Achat compulsif ? ^_^ Ça m’arrive souvent, je reste 1-2 mois sans rien acheter puis d’un coup, j’ouvre Amazon ou Fnac.com et hop, je vide mon portefeuille…
      Sinon, depuis les classiques lus au lycée et que j’avais adoré, je n’ai pas relu de théâtre, ça serait l’occasion de m’y remettre. Tu te souviens du titre de la pièce ?

    1. J’espère vraiment qu’il va te plaire. Pour ma part, j’ai été plus que séduite par cette manière de raconter les choses. Maintenant, il faut que je confirme mon impression en lisant un autre titre de l’auteur.

  2. Je n’ai pas encore cédé au charme Foenkinos, un jour peut-être… Et les lecteurs de ma bib ne peuvent pas perdre leurs cartes car nous les gardons, précieusement rangées dans de petites boîtes, ils en sont ravis !

    1. C’est génial comme système ! Je vais peut-être en parler à ma bibliothèque car maintenant il va falloir que j’ouvre tous mes livres pour trouver cette carte ! Sinon, il me reste celles de mes filles mais je me vois mal lire des Emilie ou Babar pendant des mois ! 😀

    1. Merci ! J’ai été aussi à la limite du coup de cœur. Pourquoi est-ce qu’il n’a pas passé le cap, je ne sais pas, peut-être trop court et donc frustrant, peut-être pas assez dramatique… En tout cas, il n’en était pas loin et je compte bien continuer ma découverte de cet auteur.
      Au fait, tu vois que je te récupère dans ma corbeille à spams. 🙂

  3. Je ne connais pas encore l’auteur, mais j’ai bien envie de lire cette délicatesse ; j’attends juste qu’il sorte en poche ou qu’il soit disponible à la médiathèque….

  4. J’ai lu  » nos séparations » de cet auteur
    Même si j’avais adoré, je n’ai pas eu l’occasion d’en lire un autre
    tu ma donné envie de retenter l’expérience avec cet auteur 🙂

  5. J’aime beaucoup le titre et je ne connais pas encore cet auteur outre par le fait que se délicatesse est souvent mis en valeur !

  6. C’est bien gentil tout ça mais ça ne laisse pas beaucoup de traces, beaucoup trop édulcoré, trop vite fait, pas terrible : toutes ces notes en bas de page saugrenues et surtout inutiles (n’est pas Boris Vian qui veut), il vaut presque mieux voir le film au moins il y a des images, là on a envie de s’engouffrer pour des achats compulsifs chez Ikéa, histoire de redorer le blason malmené de la Suéde. Vite lu, vite oublié.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s