Le Prince des Marées par Pat CONROY (1986) – Import ancien blog

4ème de couverture : Tom, Luke et Savannah ont grandi au paradis, dans le sud faulknérien, sur la petite île de Melrose où leur père pêchait et leur mère régnait par sa beauté. Comment survivre à tant de bonheur et de poésie ? Leur enfance éblouie et perdue préfigure les drames inévitables de l’âge adulte. Parce qu’ils refusent de mûrir, de vieillir, leurs rêves d’art, d’exploits, de justice vont se heurter à la brutalité du monde réel. La géniale et tragique Savannah et ses frères affrontent l’amour, la solitude et la peur de vivre avec une ironie désespérée. De leurs blessures inguérissables naissent des fous rires sans fin et une immense tendresse.

Entre l’émotion et la vivifiante intelligence, « Le Prince des Marées » est un de ces livres magiques qui peuvent vous briser le cœur, un de ceux que l’on n’oublie jamais.

3ème livre du défi Blog-o-trésors et 2nd coup de cœur dans le cadre de ce challenge. Décidément, ce n’est pas pour rien que ce titre figurait dans la liste et qu’il est encensé par la blogosphère.

Cette lecture était une lecture commune avec Mango et j’espère qu’elle est aussi conquise que je l’ai été (à voir sous peu puisque Mango était elle aussi en retard pour cette lecture commune, et bien oui, pas facile de tenir des engagements de lecture, de publication de billets en période de fêtes… ).

Voici un roman noir, très noir mais paradoxalement l’amour y est toujours très présent.

Tom, Luke et Savannah naissent en Caroline du Sud dans la famille Wingo, « que le destin a mille fois éprouvée et laissée sans défense, humiliée, déshonorée ». A l’approche de la quarantaine, la énième tentative de suicide de Savannah sera l’occasion pour Tom, sous couvert d’aider la psy de sa sœur à mieux la comprendre, de revenir sur une enfance qui n’a pas été aussi idyllique que le présente la 4ème de couverture.

Suivant le déroulement de ses souvenirs, Tom revient sur les facteurs qui ont influencé leur épanouissement au point de faire de Savannah « une poétesse doublée d’une psychotique », de lui un homme fuyant « cette tranche amère et monstrueuse d’américanité qu’était l’échec de [sa] vie » et de Luke « le prince des marées ».

L’ambition de leur mère qui « désirait être une femme avec qui l’on doit compter, une femme qui tient les premiers rôles », le passé de leur père, « son enfance avait été un désastre licite de négligence », et jusqu’au simple fait d’avoir grandi dans le Sud, « la vie sudiste est une condamnation à mort », ont contribué à cette destinée qui apparait au fil des pages comme étant inexorable.

Des personnages d’une profondeur rare, extrêmement fouillés, un récit sans temps mort malgré le millier de pages écrites, une émotion latente à chaque page, à chaque phrase –ainsi que malgré tout un très bel hommage au Sud, « le Sud exige trop de renoncement à ce que l’on est vraiment pour envisager d’y vivre »– ; il n’en fallait pas plus pour que je tombe sous le charme de ce roman dont j’ai relu plusieurs fois le dernier chapitre (signe qui ne trompe pas) et qui m’a hantée pendant plusieurs jours après l’avoir refermé.

« Un kyste gênant s’était greffé aux vies américaines que nous menions, une harmonie complexe qui serait sollicitée le jour où le monde perdrait le contrôle de sa propre course et où les étoiles s’aligneraient en fabuleuses formes bestiales, conspireraient pour prendre ma famille au piège des eaux tranquilles de notre fleuve et nous découperaient en morceaux pour servir d’appâts. »

Publicités

14 commentaires sur “Le Prince des Marées par Pat CONROY (1986) – Import ancien blog

    1. Ben alors Mango, toujours pas publié ton billet ?!? M’enfin mais qu’est-ce que tu attends ? 😉
      Pfiou, c’est encore moi qui essaie de rapatrier mes anciens billets ici mais en fait, je vais rendre fous tous les GR… Vraiment désolée… 🙂

  1. Ah bon c’est une fausse alerte? tant pis, un excellent roman qui mérite qu’on le voie de temps en temps sur les blogs, au cas où certains seraient passés à côté…
    Bon week end et bises.

    1. Oui c’est pour ça que je rapatrie mes coups de cœur, pour les garder toujours avec moi ! 😀
      Bon week-end à toi aussi, moi je travaille encore demain (la vie est dure 😉 ). Bizzz

  2. Excuse-moi, Restling! Je réagis toujours trop vite! Je n’avais pas lu le titre en entier ni ce que tu as mis dans la marge! je comprends mieux maintenant!

    1. Non non tu as raison, c’est moi qui l’ai publié d’abord tel quel et quand j’ai vu qu’il ressortait dans mon GR (oui je suis inscrite à mon propre blog, je sais c’est bizarre :-P), je suis revenue modifier pour donner une explication…

  3. Beaucoup aimé! Mais il me semble que son dernier ne soit pas aussi bien… Comme c’est un autre pavé, je ne sais pas si je me risquerai.

  4. Tiens, je me suis aussi posée des questions ! Mais ça ne fait pas de mal de remettre d’aussi bons romans à l’honneur 😉

    1. Je sais, tout le monde te le dira mais ce livre est ESSENTIEL !!! Pour tout te dire, une de mes meilleures amies m’a appelée un soir à 22 heures juste après l’avoir terminé pour me remercier de lui avoir conseillé tellement elle était retournée ! 😀

    1. Ah bon, dans un mauvais sens ? Je reconnais que certaines scènes sont vraiment marquantes (je me suis retrouvée à quasiment pleurer dans le métro à la lecture de certains passages) mais pour moi, ce livre reste vraiment un des plus beaux et des plus intenses jamais lus !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s